Bienvenue !

 

Ce blog, prolongement d’un premier, vous invite à poursuivre la découverte de l’oeuvre poétique de Bernard Perroy : extraits de recueils et nombreux inédits…

aout07vignette1.jpg

Testes et photos ne sont pas libres de Droits, pour l’essentiel :

© Bernard Perroy ou © éditions précisées.

*

-  dernières parutions -

Extraits du large, éd. La Porte – « Poésie en voyage », 2015

Cahier d’un soir d’été, éd. La Porte – « Poésie en voyage », 2013

La nuit comme le jour, éd. Le Nouvel Athanor, préf. Gérard Pfister, 2012

Une joie tremblante, éd. Ad Solem, préf. J.P. Lemaire, 2012

*

des Livres pauvres (collection Daniel Leuwers)

Alcools (encre, aquarelle Colette Ottmann), 2016

Sources du vent (rélisation plastique Chantal Giraud), 2016

L’embellie (aquarelles-fusains Jean-Noël Bachès), 2015

L’ange (encre Hanna Sidorowicz), 2015

L’Arrière-pays (collage Ghislaine Lejard), 2015

Charmes (encre Rachid Koraïchi), 2014


Un mot d’amour…

avril-crop0012

F&L n°260

Ce mot d’Amour

Que nous recherchons tous

Dans la bouche d’autrui,

Dans le murmure des jours,

Dans le silence des nuits,

Dans l’acte même d’écrire,

Dans la crispation d’une main,

D’un regard…

Dans la Parole d’un Autre

Couchée sur du papier

Pour être lue, dite et vécue…

Dans l’attitude de celui

Qui ne sait plus trop distinguer

Entre la soif

Et l’émerveillement,

L’émerveillement

Et la soif…

 

Fr Bernard

Des lieux…

Tunisie - Sahel - Kairouan - La mŽdina - La Grande MosquŽe

F&L n°259

Des lieux nous ouvrent

À l’espace du silence et de la lumière,

À ces jeux d’ombre et de beauté

Où tout s’élance dans une pureté

Des lignes et des courbes…

 

Des lieux de pierres multiséculaires,

Des lieux qui nous font du bien,

Des lieux témoins, que les mots

transmettent si mal…

 

Des lieux qui nous mènent

À plus loin, à ce lieu si désiré…

Un lieu inaccessible ?

Et s’il était tout simplement

Ce lieu de nous-même, au plus profond

De notre intimité ?

 

Fr Bernard

Désert…

 

désert-f&l

©  F&L n°258

Non, ce n’est pas un désert…

 

Galbes de terre,

Herbages et sillons

Font la joie du regard

Qui se perd et se repose en toute cette étendue…

 

Rien d’autre que la vie

Qui tient toujours,

Arbuste dans le silence,

Seule verticale

Tendue vers les promesses de l’horizon…

 

Désert et désir se rencontrent

Pour un rendez-vous avec la pauvreté,

Comme s’il fallait seulement s’attacher

À tout ce qui se découvre en nous

 

Sous son jour d’éternité…

 

 

Fr Bernard

Rien n’est plus sûr…

 2003-11-08 006

© F&L n°257 – nov. 2003

 

Rien n’est plus sûr

Que ta présence…

 

Même si la mort

Nous effeuille

Jour après jour,

 

Même si l’épreuve

Ensanglante nos âmes,

 

Tu es en nous

Ce tronc silencieux

Qui nous tient debout…

 

Et nous pouvons,

Marche après marche,

Apprendre à vivre de

ton propre pas.

 

Frère Bernard

ciel pourpre…

 

pour un temps seulement le ciel s’habille de pourpre et nos yeux s’ouvrent sur la soie lumineuse qui se trouve également au-dedans de soi………….

pt7889

.

                      à toutes les mères,

 .

Sur le pont de pierres,

tes larges pas,

ton œil fixant l’horizon…

.

Entends-tu l’eau qui sème

sa lente présence au fond de toi,

comme une mère apprend la patience

.

pour que son enfant

trouve en lui-même le fil rouge

de sa vie ?

.

                   Bernard Perroy

*

Sans bruit…

 

Sans bruit... dans AU FIL DU TEMPS... C img_1981-300x196

monastère St-Antoine, désert Egypte © C. Deher

.

             à Jean-Luc Pouliquen,

Il fait doux

et peut-être passes-tu

de fenêtre en fenêtre

nous caresser de ta lumière,

.

ô parole d’amour

qui te saignes sans bruit

pour que nous nous approchions de toi

avec des bonds d’enfants…

Bernard Perroy

 

*

ritournelle…

ritournelle... dans AU FIL DU TEMPS... B Ta-voix-c-D.-Lefevre

©  Dominique Lefevre

Toujours
la même ritournelle
semeuse de joie
qui jette ses perles bleues à la volée
à travers le filtre de la lumière…

Est-ce que
l’on t’oublie ?
Est-ce que l’on t’entend
parmi taffetas et paillettes
au cours de fêtes bien provisoires ?

Ou bien
nous parlerais-tu tout bas
comme une fontaine confidente qui se presse
à l’oreille du cœur ?

Bernard Perroy

 

*

Franchir le pas…

 

Franchir le pas... dans AU FIL DU TEMPS... B P1030248-229x300

Sologne 2012 –   © B. Perroy

.

                           à Marie Marec,

Dites-moi
comment franchir le pas,
sauter
d’un bord à l’autre de la vie
et sourire
sans arrière-pensées
aux arbres,
aux sources,
aux abîmes-mêmes
qui comprennent,
davantage
qu’on ne le croit,
l’élan du ciel
qui les recouvre…
.
Bernard Perroy

Passant…

 

Passant... dans AU FIL DU TEMPS... B P1080560-225x300

Nantes 2012 - © B. Perroy

 

                                       à Michel Baglin,
 
Sur toi à présent
le velours de la nuit…
 
Tu lèves la tête sur le champ
des astres, et plus tard tes yeux
 
se retournent vers l’origine
d’un humus fécond.
 
Actes de présence,
actes de passage…
 
Tu sembles frémir
à ces mots sur ta langue
 
présageant d’un souffle,
transportant malgré toi
 
la confiance d’un nouveau
lever du jour…
 .
Bernard Perroy

*

 

La confidente…

 

La confidente... dans AU FIL DU TEMPS... B La-confidente-gr-007-225x300

La confidente -  © N. Billecocq

.

Tu ne sais pas toujours
comment sourire
ou croire à la marche du temps…
.
Ton pas s’arrête
et c’est toujours
pour écouter les mots des autres,
.
écouter comme on regarde,

comme on respire un tableau,
là, devant soi,
.
comme on respire un visage,
l’image tapie au fond d’un coeur
qui se confie comme on déverse

.
son flot d’amertume et de couleurs.
.
Bernard Perroy

12345



Kciopoetik |
lepetitmachiavel |
Vagues poétiques |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Littérature Francophone I
| princesssolitaire
| zapara